Houtsoorten

Le bois est une source d'énergie économique, renouvelable et peu polluante ; du moins si on respecte les bonnes pratiques...

Il y a beaucoup de polémiques autour de la combustion du bois. Ce serait "mauvais" pour l'environnement et cela causerait une augmentation d'émission de particules fines et de carbone. Mais est-ce bien vrai? Car, si on repecte les règles de l'art, le  bois peut être une alternative très intéressante pour se chauffer : c'est très économique et écologique si du moins on respecte les bonnes pratiques.

Le bois est une source d'énergie renouvelable.

Tout d'abord, il faut savoir que la combustion du bois n'impacte pas l'effet de serre. En effet, pour grandir, l’arbre capte du CO2. Lorsque l'arbre meurt et se décompose, le CO2 se libère. Le fait de le brûler retransforme la matière en CO2. C’est un cycle naturel un peu accéléré mais qui est en équilibre. Le bois est donc est source d'énergie renouvelable tant que les forêts sont gérées durablement; c'est à dire tant qu'on replante ce qu'on extrait. En Wallonie, la forêt gagne du terrain chaque année...

Quelle essence de bois?

Quand on achète du bois, on en choisi rarement l'essence. Or l'essence a une influence sur l'émission de chaleur, la durée de combustion ou même la flamme .

Il faut tout d'abord distinguer le feuillu du résineux car le feuillu a l'avantage d'être plus dense et donc de brûler plus longtemps. De plus, il produit moins de suie car il ne contient pas de résine.

Ensuite, parmi les feuillus, il y a une grande différence entre le bois dur et le bois tendre. Pour le bois dur, nous pensons à des essences comme le hêtre ou le chêne. Le bouleau, l'aulne et le tilleul sont les principales essences de bois tendre. Le bois dur est souvent préféré en raison de ses belles flammes et de sa longue combustion.

Enfin, contrairement à ce que l'on pense, toutes les essences fournissent sensiblement la même quantité de chaleur à poids égal. 1 kg de bois, quel que soit l'essence, vous donnera la même énergie. Ce qui, par contre, varie beaucoup, c'est la densité du bois, c'est à dire le poids d'un stère, et donc le pouvoir calorifique par stère. 5 stères de sapin ne valent pas 5 stères d'hêtre.

Taux d'humidité du bois

Lors de l’abatage, la teneur en eau du bois varie entre 45 et 55% selon les essences. Plus le bois est humide, plus il faudra d’énergie pour évaporer cette eau lors de la combustion. Cela entraine une baisse de la température de la chambre de combustion qui amène une combustion incomplète, responsable d’une augmentation des émissions et d’un encrassement plus important de la chaudière et de son conduit de fumée. De plus, le pouvoir calorifique du bois est inversement proportionnel à son taux d’humidité !

Il est recommandé de brûler du bois dont le taux d'humidité est inférieur à 20%.

Bonnes pratiques

L'allumage inversé est simplement le fait d'allumez le feu par le haut. C'est plus efficace et surtout moins polluant. A l'image d'une bougie, placez vos bûches en-dessous, vos bûchettes par dessus et terminez par les allume-feux. Vous réduirez ainsi jusqu'à 6 fois vos émissions de particules au démarrage.

Halte au feu continu! Le feu continu, obtenu en diminuant l'arrivée d'air, se matérialise par une vitre noire. Ce n'est pas agréable et cela empêche le bois de brûler à haute température, ce qui a pour conséquence une augmentation de la pollution et un encrassement du conduit de cheminée. Il est admis que cette pratique multiplie jusqu'à 7 fois les émissions polluantes. Préferrez donc espacer vos charges et charger de façon importante sur un lit de braises.

Le choix de l'appareil

A côté des toutes ces considérations, l'appareil de combustion en lui-même joue également un rôle déterminant. Les feux ouverts rejettent près de 280 fois plus d'émissions de particules fines que les appareils modernes, un vieux poêle à bois en émet 70 fois plus !

Si votre foyer à bûche a de plus de 10 ans, il est recommandé de le remplacer et ce tant pour consommer moins de bois et que pour rejetter moins de matières polluantes. Toutes les chaudières bois de salon DDG (inserts ou poêles) respectent les normes d'émissions les plus strictes et ont un rendement d'énergie supérieur à 85%. Choisir DDG est un investissement malin tant pour votre porte-feuille que pour l'environnement.

Interessé(e) ?

Contactez-nous